in

Ce photographe enlève les smartphones sur ses photos pour montrer l’addiction aux nouvelles technologies

Le projet « Removed » (« supprimé » en anglais) est une série de photos d’Eric Pickersgill, photographe américain, qui met en avant notre addiction aux smartphones et tablettes.

Ces photos, en plus de leur qualité artistique, révèlent une réalité sociétale d’aujourd’hui : l’addiction aux nouvelles technologies au détriment des relations physiques réelles.

L’idée du concept ? Prendre en photos des personnes dans des situations différentes et leur demander… d’enlever le téléphone ou la tablette qu’ils tiennent entre leurs mains.

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill

 

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill

 

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill

Le résultat est bluffant : les hommes, femmes et enfants prenant part au projet semblent tout simplement absorbés par leurs smartphones.

Eric Pickersgill explique d’où lui est venue cette idée d’un tel projet :

« Une famille est assise à côté de moi à l’Illium Café. Vous allez voir que cette ville est tellement déconnectée. Très peu de discussion entre eux. Le père et les deux filles ont sorti leurs téléphones. La mère n’a pas le sien. Elle regarde par la fenêtre, elle semble triste et seule, pourtant entourée de sa famille la plus proche. Le père lève souvent la tête de son écran pour annoncer les infos sordides qu’il vient de lire en ligne. Personne ne lui répond. Je suis désœuvré par l’utilisation d’internet, au départ créé pour communiquer, mais qui finalement va contre ce principe. L’Homme n’a jamais été aussi avancé d’un point de vue technologique, et je pense que les conséquences d’un tel impact social n’ont pas vraiment été prises en compte. La maman vient de sortir son portable… »

Il ne s’agit en rien d’un jugement moral de la société actuelle, le photographe se dit lui-même accro à son téléphone. Il souhaitait proposer ce constat à travers le biais de clichés frappants et simplement faire passer le message qu’il reste aujourd’hui primordial de favoriser les relations physiques aux relations virtuelles.

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill

 

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill

 

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill

 

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill

 

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill

 

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill

 

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill

 

Crédit photo : Eric Pickersgill
Crédit photo : Eric Pickersgill